En continuant à naviguer sur notre site, vous acceptez que des cookies soient utilisés afin de pouvoir vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible et des contenus personnalisés sur Plazzart.
Le choix de l’art en toute confiance
Art moderne, art contemporain, art asiatique, art orientaliste, archéologie…

Plus de 20 000 œuvres originales et référencées, toutes proposées par des vendeurs certifiés. La plupart de nos expéditions se font en 48h et peuvent prendre jusqu'à 10 jours ouvrés, selon les cas.

Arman, les poubelles artistiques

Cette semaine, nous vous parlons de cette série à travers une sélection de sculptures de l’artiste [Lire la suite]

Rejeter le geste traditionnel artistique, telle est la démarche d’Arman. Avec ses accumulations et notamment la série des Poubelles, Arman glorifie ce qui était amené à disparaître. Cette semaine, nous vous parlons de cette série pas banale !

 

ARMAN
Poubelle papiers, 1964
Accumulation d'objets (contenu d'une corbeille de papier)
dans du plexiglas monté sur panneau, signée et numérotée /100
sur l'étiquette des éditions MAT collection 64 apposée au dos du montage.
Dimensions : 72 x 52 x 12 cm.
Cette œuvre est enregistrée dans les archives de Madame Durand-Ruel sous le numéro 1215.

 

Dans l’œuvre Poubelle à papiers, Arman a récolté le contenu d’une corbeille. Dans cette Accumulation, on aperçoit différentes sortes de papiers : journaux, feuille de livre, magazine etc. Les couleurs ocres dominent malgré quelques touches de bleu dans la composition. Dénuée d’éléments figuratifs, la boîte a presque des allures d’œuvre abstraite. 

 

Dénoncer la consommation de masse ? 

La série des Poubelles s’inscrit dans le contexte particulier des Trente Glorieuses. Période faste durant laquelle la société de consommation n’a cessé de se développer. En 1959, Arman démarre ce cycle et récolte des déchets dans les poubelles. Une fois le ramassage des déchets terminé, il assemblait ces rebuts dans des boîtes en verre, en plastique ou dans des bocaux presque à ras-bord illustrant avec pertinence la consommation à outrance et le gaspillage. A l’instar de César qui compresse des rebuts de métal, Arman s’approprie les déchets dans un geste tout aussi radical. Véritable prise de risque artistique, Arman fait les poubelles pour en exposer le contenant, c’est osé pour l’époque et ses sculptures choquent évidemment les mœurs.

 

ARMAN
Poubelle de poche (ou poubelle de Milan), 1970
Accumulation de déchets de métro

Signée au crayon à papier « arman ».
Dimensions : 19,5 x 14,8 x 2,5 cm.

 

En 1960, il atteint le point culminant de sa série avec son exposition le Plein à la Galerie Iris Clert. A cette occasion, l’artiste avait rempli le lieu par 36 mètres cubes de déchets répondant à l'exposition du Vide organisé par son ami Yves Klein deux ans plus tôt. Cette exposition Cette exposition peut être vue comme un acte subversif et bel et bien une critique du marché de l'art.

 

Arman et le Nouveau Réalisme 

Né en 1928 à Nice dans le sud de la France, et décédé en 2005 à New York, Armand Fernandez, dit « Arman », est un artiste franco-américain de renommée internationale, connu tout particulièrement pour ses « accumulations » et découpes d'objets. S'inscrivant en successeur de Marcel Duchamp, il est l'un des premiers artistes à avoir intégré dans ses œuvres des objets manufacturés issus de la société de consommation. L'acte de création dans l'œuvre d'Arman peut être résumé par la citation de Lavoisier: « Rien ne se perd, rien ne se créé, tout se transforme ».

Sous la houlette du critique d'art Pierre Restany il fonde en 1961 avec Yves Klein le groupe des Nouveau Réalistes, aux côtés notamment de Raymond Hains, Martial Raysse, Jean Tinguely, Jacques Villeglé, Daniel Spoerri, qui sont rejoints plus tard par César, Niki de Saint Phalle, Mimmo Rotella ou encore Christo.

Ses œuvres sont aujourd'hui conservées dans les plus grands musées d'art contemporain à travers le monde dont le Centre Pompidou Paris qui lui a consacré une grande rétrospective en 2010.

Voir plus d'oeuvres d'Arman